Politique

Bilan du Dialogue National au Gabon : Plus de 17 000 contributions enregistrées sur la plateforme Mbova.

Deux mois après l’appel à contribution pour le Dialogue national initié par le Premier ministre de la Transition, Raymond Ndong Sima, une évaluation de la mobilisation a été présentée lors d’une conférence de presse dirigée par le Premier ministre lui-même. Le 1er décembre, le ministre de la Réforme des institutions, Murielle Minkoue, a annoncé que 17 247 contributions ont été enregistrées sur la plateforme Mbova.

Les travaux du Dialogue national, prévus pour débuter en avril 2024, ont franchi une étape majeure avec la restitution des contributions recueillies auprès des citoyens. Ce premier bilan suggère que dans les prochains jours, les services du ministère de la Réforme des institutions devront préparer la tenue du Dialogue en se basant sur plus de 17 000 contributions réparties dans diverses catégories.

Parmi les principaux enseignements, il ressort que l’éducation nationale figure parmi les préoccupations majeures des Gabonais. Sur les 50 secteurs proposés par la plateforme Mbova, le secteur de l’éducation nationale a recueilli plus de 1000 contributions, suivi de la santé et des affaires sociales avec 744 contributions, des finances publiques avec 533, et enfin, la bonne gouvernance avec 459 contributions.

Malgré l’attente d’une participation plus importante des jeunes, Murielle Minkoue regrette que les moins de 25 ans se soient peu mobilisés. Les résultats indiquent que ce sont plutôt les individus de 46 à 55 ans qui ont largement contribué à cette première phase. Au sein de la diaspora, parmi les 1 486 contributions recensées, 812 provenaient de France. Du côté du Gabon, la province de l’Estuaire s’est particulièrement mobilisée, en raison également de sa démographie.

Le Premier ministre de la Transition, Raymond Ndong Sima, a salué la mobilisation des compatriotes tout en reconnaissant les limites des mécanismes actuels. C’est dans ce contexte qu’il a chargé le Ministre de la Réforme des institutions de poursuivre le processus de recueil, avec le soutien des gouverneurs de provinces, en particulier auprès des publics moins outillés intellectuellement.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page